La protection sociale – santé, vieillissement : deux défis majeurs

Home / Social / Vos contributions /

La protection sociale – santé, vieillissement : deux défis majeurs


La santé est l’un des premiers secteurs touchés par les politiques d’austérité en Europe. La sécurité sociale est un des piliers de notre modèle social et républicain. Nos concitoyens y accordent à juste titre une place essentielle.

La santé et les actions de prévention en direction des jeunes doivent être renforcées en dotant les services de médecine scolaire de moyens suffisants.
Un plan de consolidation de l’hôpital public, en termes d’investissements, de création de postes, de maillage territorial, d’évolution des pratiques médicales doit être établi en sortant de la vision budgétaire du rationnement au profit d’un souci de la qualité des soins. La situation des urgences est alarmante.

Plutôt que la généralisation des mutuelles pour la couverture de certains soins, mieux vaudrait renforcer et universaliser certains remboursements par la Sécurité sociale dont le coût de fonctionnement est moindre.

Par ailleurs, les soins dentaires et les lunettes doivent être mieux pris en charge. Au regard de la situation sanitaire du pays, du vieillissement, des retards à rattraper, il n’est pas raisonnable de prévoir 10 Mds d’euros d’économies – sur 3 ans – dans la protection sociale, même si des changements et la lutte contre certains gaspillages peuvent donner des marges d’économies.

On ne peut se résoudre à devoir massivement recruter des médecins étrangers, alors que tant de jeunes Français souhaiteraient exercer cette profession.

Le numerus clausus pour les études médicales doit être supprimé.

De surcroît, cette mesure peut contribuer à résorber les déserts médicaux. Cette mesure devrait s’accompagner, a contrario, d’un numerus clausus à l’installation afin que les médecins et membres des autres professions médicales soient conduits à offrir leurs services là où l’on a besoin d’eux. Un meilleur remboursement par la sécurité sociale, comme nous le proposons, devrait aller de pair avec l’interdiction effective des dépassements.

Le schéma de civilisation que propose la France repose notamment sur le droit de chacun à la santé. La protection sociale doit progresser et ne pas régresser, en dépit de la crise.

Partager

Share Button