L’école, l’éducation, est un enjeu majeur de la prochaine présidentielle

Home / Actualités / L’école, l’éducation, est un enjeu majeur de la prochaine présidentielle

L’école, l’éducation, est un enjeu majeur de la prochaine présidentielle


sans-titre-2
Share Button

Les enquêtes se suivent, se ressemblent et sont alarmantes. Il faut regarder avec lucidité la situation, ne pas se réfugier dans des argumentaires superficiels, des propositions idéologiques mais vaines, des injonctions au corps enseignant jugé rétif au changement ni chercher à copier des systèmes étrangers qui trouvent leur efficacité au regard de la réalité de de leur société.

Je retiens du classement PISA et d’autres notamment sur les savoirs scientifiques quelques éléments majeurs du constat.

  1. Nous sommes un des pays où les inégalités sociales pèsent le plus sur l’échec scolaire.

Le poids des inégalités n’a pas seulement des conséquences négatives sur les enfants d’origine modeste mais finit par avoir des répercussions sur le niveau général du plus grand nombre (cf. étude sur le niveau en mathématiques).

  1. Notre pays dépense moins que les autres dans l’enseignement primaire et plus dans le second degré.
  2. Les études montrent l’intérêt d’avoir moins d’élèves par classe pour améliorer la réussite scolaire. Mais seulement si la baisse des effectifs par classe est vraiment significative.
  3. La formation des enseignants n’est pas suffisamment tournée vers la pratique du métier et l’hétérogénéité des élèves dans les classes.
  4. L’apprentissage et l’intérêt des sciences, des démarches scientifiques et des mathématiques ne sont pas suffisamment soutenus, valorisés dans notre système. Nous manquons de professeurs dans ces matières.

Quelques décisions qui devraient s’imposer :

  1. Considérer durant ce quinquennat le primaire comme absolument prioritaire.
  2. Poursuivre l’effort de recrutement d’enseignants pour abaisser le nombre d’élèves par classe en décidant dès 2017 de commencer massivement dans toutes les écoles en zone d’éducation prioritaire et en particulier en y systématisant dans une première étape le principe 3 professeurs pour deux classes afin de pouvoir travailler en petits groupes en dédoublement, etc.
  3. Engager une formation des enseignants, au moins du primaire par un recrutement dès la fin du baccalauréat en alliant l’enseignement du supérieur et des formations sur la pédagogie, la pratique enseignante. Ces élèves enseignants seront rémunérés.
  4. Revaloriser les conditions de rémunération des enseignants.
  5. Établir un plan de rattrapage de l’enseignement scientifique et des mathématiques, en associant le corps enseignant, les scientifiques.
  6. Accompagner l’effort d’instruction de l’éducation nationale par la création d’un grand service public et un ministère de l’éducation populaire qui permettra de faire accéder tous les enfants et en premier lieu ceux d’origine modeste ou vivant dans des quartiers populaires à la culture, le sport mais aussi à développer leur éveil sur le monde qui les entoure, la société, la curiosité, l’esprit critique tout en leur faisant partager la richesse du vivre ensemble et la force des valeurs de notre République.

J’ai déjà développé ces propositions pour l’école, en particulier dans ma lettre aux acteurs de l’éducation nationale à la rentrée #MNL2017 #Viteduconcret

Partager

Share Button