MA CANDIDATURE : POUR UNE FRANCE SÛRE DE SA RÉPUBLIQUE, FORTE PAR LA JUSTICE SOCIALE

Home / Actualités / MA CANDIDATURE : POUR UNE FRANCE SÛRE DE SA RÉPUBLIQUE, FORTE PAR LA JUSTICE SOCIALE

MA CANDIDATURE : POUR UNE FRANCE SÛRE DE SA RÉPUBLIQUE, FORTE PAR LA JUSTICE SOCIALE


couv_1es_propositions_15-08-2016
Share Button

logo-mnl-2017Paris, le jeudi 18 août 2016,

Candidate à la Primaire « citoyenne » de Gauche, je vous présente mes premières propositions pour répondre aux attentes et aux interrogations de nos concitoyens quant à leur avenir et à celui de notre République. La gravité de la situation en France, en Europe et dans le monde, exige que les candidats portent des projets sérieux et volontaristes, cohérents avec les choix qu’ils ont défendus par le passé, afin de restaurer la confiance des citoyens dans la démocratie.

Rien n’est possible sans une vision de l’avenir et des décisions immédiates, permettant de sortir de la spirale de l’échec, qui mine notre cohésion nationale et une projection positive dans le futur. Nous sommes attendus sur tous les fronts, économiques, sociaux, environnementaux et bien sûr sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme.

Tout est possible si nous retrouvons le sens du collectif. Le pays n’a nul besoin d’un homme ou d’une femme providentiels, il a besoin de retrouver confiance, de compter sur lui-même, sur tous ses territoires, tous ses citoyens.

La politique doit retrouver ses lettres de noblesse : le peuple doit faire de vrais choix et les voir mis en œuvre.
Arrêtons avec les polémiques stériles qui habillent des clivages artificiels, alors que trop de dirigeants expliquent qu’il n’y a pas d’autre politique possible, en particulier dans le domaine économique. Engageons un vrai débat sur la France que nous voulons.

Plus que jamais, la France est face à des choix de société majeurs qu’elle doit assumer sans peurs mais avec lucidité, demeurant fidèle à ce qui fait et a toujours fait sa grandeur.

Notre monde est en plein bouleversement. La «mondialisation heureuse» ne convainc plus les peuples. La vague libérale retombe… Une nouvelle période s’amorce. La gauche, les socialistes, les progressistes – s’ils se hissent à la hauteur des défis – doivent être au rendez-vous de l’histoire et porter une alternative réelle, sinon les replis nationalistes et identitaires, les thèses de l’extrême droite, la xénophobie risquent de prendre le dessus. Les Français et le peuple de gauche doivent être acteurs du nouveau cycle historique qui s’ouvre.

Ensemble, reprenons en main notre destin et engageons de nouvelles conquêtes – démocratiques, sociales, éthiques, écologiques et culturelles. Reprenons le flambeau de la République sociale où Liberté-Égalité-Fraternité ne sont pas des mots creux mais des réalités vécues, des victoires contre les intérêts d’une minorité qui confisque l’intérêt général.

C’est le sens de ma candidature, c’est le sens de mes propositions.

Les primaires de droite s’engagent dans la surenchère : surenchères libérales, avec une course au moins disant social, fiscal et à la réduction massive des effectifs et des services publics ; surenchères identitaires, dites sécuritaires, qui les amènent à chasser sur les terres du Front national.

Les primaires citoyennes constituent une occasion unique pour le peuple de gauche de se faire entendre et de peser sur les prochaines élections nationales.

Elles doivent d’abord permettre un examen au fond, et ne pas se transformer en un casting sous influence des sondages ou pire encore, en un choix du « moins pire ». Elles devront affirmer une nouvelle offensive politique, tournant le dos aux erreurs de ce quinquennat.

Cette voie alternative, nécessaire et crédible, doit se construire avec 3 priorités :

  • La justice sociale, clé de voûte de la force de la France, de son redressement et de la création d’emplois ;
  • Un nouveau souffle pour le pacte républicain et notre démocratie ;
  • Une France plus indépendante sur la scène internationale.

J’insiste sur l’importance des enjeux économiques et sociaux que veulent contourner les tenants de la doxa libérale comme ceux qui imaginent réduire les débats pour 2017 à la question identitaire. Nous savons, comme socialistes, et instruits de l’histoire, que tout est lié. Une société injuste nourrit la violence et la défense de nos valeurs républicaines est un bien commun précieux qui embrasse un champ plus large et qu’il nous faut transmettre et partager.

En tout cas, ces premières propositions opèrent une rupture nécessaire tout en étant crédibles. Je présenterai un programme complet, finalisé et financé, début décembre quand s’ouvrira officiellement la campagne. Mais je veux nourrir le débat et je poursuivrai l’élaboration collaborative engagée autour du site lienemann2017.fr

signature

MA CANDIDATURE: POUR UNE FRANCE SÛRE DE SA REPUBLIQUE , FORTE PAR LA JUSTICE SOCIALE

Partager

Share Button